La vision des experts

La vision des experts

En 2012, 15 experts – des personnalités de renom – ont mis leur réflexion (économique, scientifique, sociologique, philosophique, voire artistique) au service d’une vision innovante et réaliste de l’usine inscrite dans la cité de demain.

A l’occasion d’entretiens menés par l’institut Ifop, ils ont porté un regard contrasté sur l’industrie française et ont exprimé leur vision de l’usine du futur.

> Voir le rapport complet de l’enquête qualitative

Le regard des experts sur l’industrie française

Les experts ont souligné la situation de crise dans laquelle se trouve l’industrie française, alimentée par une succession de contraintes qui pèse sur sa vitalité et son développement.

Le secteur industriel français fait effectivement face à :

  • des contraintes économiques liées au coût du travail, à la lourdeur fiscale et au sous-investissement chronique,
  • des contraintes structurelles liées à la rigidité administrative, à l’inégalité de traitement entre les TPE–PME et les Grands Groupes, et à la préférence accordée à une économie de service au détriment d’une économie de production,
  • des contraintes sociales liées à la pression des syndicats et à la défense des 35 heures,
  • des contraintes culturelles liées à la faiblesse des formations, à l’insuffisance du niveau en langues étrangères et au manque d’ouverture à l’international.

Un pays qui ne vivrait que des services, que du tertiaire ; à mon avis, il manque quelque chose de fondamental.

Je pense que l'économie, à terme, en sera extrêmement endommagée. Parce que l'on sera totalement dépendant des autres pays pour se procurer tous les biens essentiels.

Consultant dans l'industrie

Selon les experts, ces contraintes entravent la compétitivité de l’industrie française. L’industrie subit également d’une image négative et doit affronter la défiance des pouvoirs publics et des populations à son égard.

A l’origine du manque d’attractivité de l’industrie se trouvent des facteurs :

  • environnementaux liés à la pollution et aux nuisances sonores, visuelles et/ou olfactives provoquées par l’activité industrielle,
  • culturels et sociaux liés à la dévalorisation dont souffre la chaîne des métiers industriels, de l’ouvrier au cadre.

Néanmoins, de nouvelles perspectives positives s’ouvrent pour l’industrie française aux yeux des experts. Sont à l’œuvre :

  • des initiatives de relocalisation, dus à l’accroissement du coût de production et à la qualité relative des produits en provenance des pays émergents,
  • une prise de conscience accrue des enjeux et de l’utilité de la production sur le territoire français.

L’industrie française présente par ailleurs de nombreux atouts, tels que:

  • la qualité de la main d’œuvre, de la production, des infrastructures ainsi qu’une capacité d’innovation forte,
  • l’intégration des contraintes environnementales dans la mise en place des process.

Lors des entretiens, les experts ont évoqué des axes stratégiques fondamentaux, essentiels à la réindustrialisation de la France. L’industrie française peut se démarquer grâce à :

  • l’excellence de ses process à tous les niveaux,
  • la haute valeur ajoutée, technologique ou en termes d’image pour la France, de ses secteurs,
  • le soutien aux PME/PMI, à l’instar de la politique menée en Allemagne.

Enfin, certains experts préfèrent à l’expression « Made in France », le terme « Made in Europe », davantage ancré dans la réalité politico-économique d’aujourd’hui.

L’image de l’usine et de son avenir

Aujourd'hui, l'enjeu est d'avoir des sites de production souples et flexibles car un site de production, c'est un écosystème de flux d'informations et de savoirs.

L’usine renvoie généralement une image très négative, marquée par les conditions de travail difficiles et les conflits sociaux.

Pourtant, certains experts mettent en avant les progrès réalisés dans l’usine, notamment la modernisation des lieux, de l’organisation et des process qui rendent le terme d’ « usine » obsolète. L’usine d’aujourd’hui et de demain tend à devenir un « site de production ».

Les métiers de l’usine jouissent par ailleurs d’une image double : alors que certains experts constatent la perte d’attractivité des métiers de l’usine et les problématiques d’employabilité qui en découlent, d’autres mettent en avant le niveau de formation et la diversité de ses métiers, à contre-courant des représentations communément admises.

Le développement de l’usine du demain dépendra, selon l’avis des experts, de la capacité des industriels à :

  • placer l’ensemble des parties prenantes – élus, associations, riverains etc. - au cœur des projets industriels
  • créer de nouvelles dynamiques transverses au sein des métiers de l’usine
  • intégrer esthétiquement l’usine dans le paysage environnant
  • maîtriser l’impact environnemental de l’activité industrielle
  • et enfin, adapter les modes de fonctionnement et d’organisation de l’usine à la révolution numérique

Contact - Mentions lÉgales - Plan du site - CrÉdits - Vos questions